archive

Archives Mensuelles: septembre 2013

Hollande4La blague de l’intervention occidentale en Syrie.

 

 

Cette fin du mois d’août aura vu la torpeur estivale bouleversée par des déclarations fracassantes de nos va-t’en-guerre occidentaux : OBAMA, HOLLANDE, CAMERON.

Pourquoi une telle fièvre belliqueuse : la ligne rouge des exactions et des massacres de populations civiles, fixée par OBAMA  venait d’être franchie.

Où ça ? : au CONGO (RDC) où la guerre des milices et des rébellions qui aura bientôt 20 ans comptabilise plusieurs millions de victimes (un exemple parmi tant d’autres) ?

Pas du tout, la ligne rouge c’est pour la Syrie où une attaque au gaz a fait à peine plus de victimes que les généraux égyptiens avec un emploi plus artisanal des balles, grenades et autres chenilles de chars contre leur propre population.

 

Sous la houlette du prix Nobel de la paix, l’Occident veut donc enfin intervenir en Syrie.

 

Et c’est là, où se trouve le  premier étage de la blague car l’impérialisme occidental intervient massivement en Syrie et ce depuis le début du conflit qui est de ce fait devenu armé.

Armes, munitions, informations satellite, entraînements de combattants, conseillers militaires, actions en appui sur le terrain de services spéciaux…jusqu’aux « raids tests » de l’aviation israélienne pour évaluer les défenses syriennes.

 

Pourquoi cette attaque aux gaz plutôt que les précédentes, ou tels ou tels massacres par égorgements, démembrements, pendaisons, balles dans la nuque ?

Car le conflit est devenu une guerre civile sans pitié avec épuration ethnique  où les belligérants ne font pas de prisonniers sauf à pouvoir les échanger ou les vendre, après les avoir filmés morts ou vifs.

 

Or il se trouve que la frange djihadiste de la rébellion par ses exactions a fini par exaspérer les populations civiles et a perdu leur soutien. D’un mal, il faut choisir le moindre et ces populations, anciennement libérées, sans illusion pour le système se trouvent soulagées lorsque l’armée régulière reprend le contrôle du terrain. Les bandits, les assassins, les fascistes islamistes, le peuple n’en veut plus et dans certains endroits comme au Kurdistan il s’est même armé pour les chasser.

 

Pour toutes ces raisons et malgré l’aide Occidentale, la rébellion perd régulièrement du terrain et se trouve en passe de perdre la partie.

Pour les impérialistes occidentaux, il était impératif d’intervenir pour sauver leurs alliés, l’usage de gaz de combat constituant un bon  prétexte « humanitaire » pour pendre à contre-pied le camp impérialiste adverse mené par la Russie.

 

Nous saurons peut-être un jour qui a utilisé des munitions aux gaz de combat en Syrie. La seule chose que l’on puisse en dire c’est que ce n’est pas une arme efficace dans une configuration de combat sans ligne de front, que ces gaz sont sujets aux vents à la pluie sans cible très précise et que se sont plutôt une arme pour terroriser l’adversaire.

Hollande 1

OBAMA et HOLLANDE relayés par la meute des médias avaient dans l’heure des preuves irréfutables et accablantes contre le régime syrien. Il s’agissait alors de tester la réactivité et la détermination Russe. Dans cette affaire, comme en son temps Tony BLAIR fût le caniche de BUSH, HOLLANDE s’est comporté en vrai roquet d’ OBAMA et ce jusqu’à la caricature, puisque quand OBAMA commençait à tergiverser après  que le Britannique CAMERON ait déclaré forfait, HOLLANDE aboyait toujours plus fort.

 

Deuxième étage de la blague : alors que le Parlement Britannique venait de dire non à toute intervention, OBAMA s’engageait vers une procédure de vote au congrès. Rien  est besoin de tout cela dans la France impérialiste de HOLLANDE, nous rappelaient politiciens, journalistes et constitutionalistes. On y va ! on y va ! et quand le roquet se retourna, il était tout seul, son maître s’en étant allé discuté avec le voisin Russe au G20.

 

Troisième étage de la blague : attendons les conclusions des experts de l’ONU, qui amèneront des preuves encore plus irréfutables. Bide complet : le rapport confirme l’usage de gaz de combat, ce que tout le monde savait déjà et identifie différents types de vecteurs en dotation dans les deux camps, rien sur qui a tiré !

Hollande6

Quatrième étage de la blague : où l’on comprend pourquoi les Russes sont d’excellents joueurs d’échec. La RUSSIE propose la mise sous tutelle internationale des armes chimiques syriennes et leur destruction, Bachar Al ASSAD fait immédiatement savoir qu’il accepte sans réserve. La tentative Occidentale a échoué, chaque camp impérialiste va donc accompagner ses pions à la table de négociation.

L’histrion président français ne sort pas grandi dans cette histoire, mais comme le roquet, il ne sait pas qu’il en est un. Il s’est d’ailleurs empressé d’aller se faire acclamer à BAMAKO, comme en son temps SARKOZY en Libye.

 

Si certains en doutaient cette triste pantomime a illustré la place de l’impérialisme français dans le camp impérialiste occidental comme puissance de second ordre, en complète vassalité des Etats-Unis.

Jean-Michel NICOLAS 25/09/2013

 

_____________________________________________________________________________

Autres réactions communistes

 

Extrait du site Servir le Peuple :

http://servirlepeuple.over-blog.com/article-vers-une-intervention-imperialiste-occidentale-en-syrie-119766108.html

 

 

« Vers une intervention impérialiste occidentale en Syrie.

….Nous nous retrouvons donc dans la même situation qu’il y a deux ans en Libye : d’un côté une guerre impérialiste, impliquant NOTRE impérialisme (la quatrième en 2 ans et demi !), à combattre ; et de l’autre un combat POLITIQUE, IDÉOLOGIQUE, contre les courants ‘anti-impérialistes’ qui voudraient faire d’Assad (comme de Kadhafi hier) un héros, un allié de la révolution prolétarienne mondiale. Disons-le, ou plutôt répétons-le pour la 100e fois : NON, le régime du clan Assad en place depuis 1970 n’est PAS anti-impérialiste, il est peut-être issu d’une bourgeoisie nationale mais il s’est transformé, depuis bien longtemps, en oligarchie bureaucratique qui dans le cadre de la Guerre froide s’est liée à l’impérialisme russe. Ceci dit, elle a aussi établi des liens forts avec la fraction gaulliste/’politique arabe’ de la bourgeoisie impérialiste BBR (sentant sa fin proche, vers 1999-2000, Hafez el-Assad aurait dit à Jacques Chirac ‘Bachar est comme ton fils maintenant’…) et n’a jamais hésité à servir l’impérialisme occidental, comme contre l’Irak en

 

1990-91 (en échange du ‘protectorat’ sur le Liban…), ou dans la sous-traitance de la torture d »islamistes’ pour le compte de la CIA dans les années 2000, ou déjà au Liban en 1976, en intervenant en appui aux fascistes maronites contre les ‘palestino-progressistes’. D’une manière générale, ses interventions au Liban et son ‘aide’ aux Palestiniens n’ont jamais visé qu’à liquider ou neutraliser toute force révolutionnaire authentique dans ces pays. Si (pour rentrer deux minutes dans l’argumentaire de ces révisionnistes) il y avait en Syrie quelque chose de comparable à Fidel Castro ou Hugo Chavez, c’était le gouvernement de Salah Jedid (1966-70), précisément renversé… par Hafez el-Assad et Mustafa Tlass ; une ‘rectification’ PAR LA DROITE, motivée entre autres… par le refus d’accueillir la direction palestinienne après le ‘Septembre Noir’ jordanien. De même que s’il y avait quelque chose de comparable en Irak, c’était le régime de Kassem (1958-63), renversé par un coup d’État sanguinaire… impliquant le Baas de Saddam Hussein (lequel prendra totalement le pouvoir 5 ans plus tard).

Il se trouve, simplement, que lorsque le vent de la Tempête arabe a atteint le pays de Cham, avec les soulèvement populaires à Deraa se répandant ensuite dans tout le pays, la légitime révolte contre ce régime social-fasciste et clanico-mafieux s’est très vite trouvée prise en otage, moins par les impérialismes, d’ailleurs, que par les expansionnismes régionaux : Qatar, Arabie saoudite et Turquie AKP en tête, entraînant derrière eux (non sans réserves et réticences) leurs courants alliés (pour le moment majoritaires) dans les impérialismes ouest-européens et nord-américains ; tandis qu’en réaction l’Iran s’impliquait aux côtés du régime, entraînant derrière lui la Russie (le vieux ‘parrain’ de la Guerre froide) et la Chine. Des courants importants des bourgeoisies impérialistes d’Europe continentale, mais aussi de la bourgeoisie sioniste restent toutefois partisans du régime, ou en tout cas d’une ‘sortie négociée’ de la crise, craignant non sans raisons une prise de pouvoir islamiste ingérable : ces courants alimentent largement la web-presse de (prétendue) ‘dé-désinformation’ sur le conflit ; on peut y trouver une figure aussi importante que la suissesse tessinoise Carla Del Ponte, ancienne procureure du TPI de La Haye pour les crimes en ex-Yougoslavie.

Comprendre cela est absolument ESSENTIEL pour la compréhension du ‘dossier’ syrien, où il n’y a pas un (méchant) ‘Empire’ totalement unifié faisant face à un (pauvre petit) ‘pays souverain’ qui ‘dérange’ : les enjeux, les contradictions entremêlées sont beaucoup plus complexes. Si, par exemple, les récentes attaques chimiques de Ghouta sont bel et bien une ‘manipulation’ et un ‘prétexte’ pour intervenir militairement, ce que personne ne semble se demander, c’est pourquoi un tel ‘prétexte’ n’a pas été ‘fabriqué’ plus tôt, depuis deux ans et demi que le conflit a été (soi-disant) ‘totalement téléguidé’ par ‘l’Empire’ ! L’on voit bien, ici, que les choses sont beaucoup plus compliquées. La réalité, probable, c’est que (d’un côté) les impérialistes et les oligarques arabes partisans du statu quo, des régimes bureaucratiques ‘laïcs’, farouchement anti-islamistes, et (de l’autre) ceux de « tout changer pour que rien ne change » avec les Frères musulmans, l’AKP turc et le Qatar, ont durci leurs positions de part et d’autre, les premiers l’emportant notamment en Égypte, ce qui pousse les évènements syriens à s’accélérer….. »

 

 

 

Hollande 2

Déclaration de l’OCML-VP

http://www.vp-partisan.org/article1077.html

 

« DÉCLARATION – SYRIE

 

 

L’OCML Voie Prolétarienne dénonce la surenchère guerrière et interventionniste en Syrie et appelle à s’y opposer par tous les moyens.

 

En dépit des justifications et des prétextes « humanitaires » les interventions impérialistes en Syrie, ne sont en rien dictées par la défense de la liberté des Syriens contre leur régime oppresseur et exploiteur dont la France avait reçu en grande pompe le dirigeant en juillet 2008. En prenant prétexte de l’utilisation de gaz sarin, les impérialistes occidentaux cherchent une légitimation de leur intervention. Mais les centaines de morts de l’attaque du 21 août dans les faubourgs de Damas, ne sont pas plus acceptables que des dizaines de milliers de victimes des bombardements précédents avec des armes conventionnelles. Prétexte hypocrite qui ne peut masquer les motifs des interventions. L’enjeu est qui contrôlera les pays de la zone, l’une des principales régions pétrolières du monde. Faire tomber le régime syrien est d’isoler le régime iranien pour le neutraliser. La bourgeoisie iranienne en se dotant d’un armement atomique bouleverse le rapport de force régional qui repose sur l’armement, en particulier nucléaire, d’Israël.

 

La lutte du peuple syrien qui s’était soulevé au printemps 2011, contre ses oppresseurs, a été dès l’été 2011, instrumentalisée par la réaction arabe, les sionistes, et les impérialistes occidentaux qui ont voulu l’utiliser pour renverser à moindres frais Assad. à moindres frais pour eux, mais en se payant sur le sang, la misère et les sacrifices des Syriens, qui ont été encouragés à s’engager dans un affrontement dont ils n’étaient plus maîtres.

 

Le peuple syrien, ainsi que les peuples palestiniens et libanais, sont les victimes d’un conflit entre deux alliances impérialistes et réactionnaires. Celle des impérialistes occidentaux, de la Turquie, d’Israël, du Qatar et de l’Arabie Saoudite, en qui il est difficile de voir des défenseurs de la démocratie et les droits des peuples, opposée à la coalition de Russie impérialiste, des Mollah réactionnaires iraniens et de leur alliés régionaux qui soutiennent Assad.

 

L’impérialisme français qui joue le va-t-en-guerre depuis plus d’un an, comme les autres impérialistes, a crû pouvoir faire tomber le régime, en appuyant militairement, financièrement et politiquement l’ALS et les autres groupes armés, sans intervenir directement. Ils ont échoué. Le régime n’est pas tombé et ne cède pas aux menaces verbales de sanction, assuré qu’il est d’un certain soutien interne, de l’appui militaire et politique de la Russie ainsi que de l’Iran et de ses alliés.

 

Aujourd’hui, en dépit de leurs menaces d’intervention, les impérialistes occidentaux hésitent à engager une opération militaire directe, tant par la crainte de son coût politique, que celle du risque de déstabilisation régionale, que la chute brutale du régime comporte, comme ils en ont fait l’expérience en Libye. Malgré leurs craintes, ils ont mis en marche une logique d’affrontement qui leur échappe.

Par delà les intérêts régionaux, ce qui est en jeu maintenant pour les USA, et dans une moindre mesure pour la France, c’est leur capacité à rester des puissances dominantes, craintes et respectées par leurs concurrents. Si Assad ne cède pas, l’intervention, malgré tous les risques qu’elle comporte pour eux, sera inévitable. Leur capitulation devant le régime syrien et ses alliés impérialistes serait l’aveu de leur faiblesse et encouragement pour leurs concurrents Russe et Chinois. Et cela est un risque bien plus important pour eux.

 

L’impérialisme porte la guerre, comme l’orage la foudre. En tant que communistes d’un pays impérialiste, tel que la France, nous travaillons à la défaite de celui-ci dans ses entreprises guerrières.

 

En tant que communistes internationalistes, nous œuvrons avec tous les peuples du monde et leurs organisations révolutionnaires au renversement des impérialistes et de leurs suppôts bourgeois et réactionnaires dans tous les pays. Notre défaitisme révolutionnaire n’est en rien un soutien à la bourgeoisie syrienne.

 


 Opposons nous à toute intervention impérialiste française et occidentale en Syrie, directe ou indirecte

 

 Dénonçons les prétextes mensongers de notre bourgeoisie.

 

 Pas d’union nationale, UMP et PS, va-t-en guerre et défenseurs de l’impérialisme français ;

 

 Solidarité internationaliste avec les peuples, dans la lutte pour le renversement des impérialistes occidentaux ou non, et de leurs alliées réactionnaires, pour l’indépendance nationale et la libération sociale.

 

Le 29/08/2013 »

 

 

 

 

Publicités